Étiquettes

, , , , , , ,

En écrivant l’article sur la violence dans le couple j’ai repensé à certains de mes patients qui arrivent anéantis, désespérés, incapables de comprendre ce qui a dérapé dans leur relation : les victimes d’un manipulateur de l’amour, d’un pervers narcissique. Mettre des mots sur la pathologie de leur partenaire, les aider à comprendre le mécanisme si puissant qui les a retenu si longtemps prisonnier permet de sortir de la relation et de se reconstruire.
Voici quelques repères :

Quand il est en représentation c’est toujours un être charmant, séduisant, cultivé, à l’écoute des autres, dont la présence est recherchée.
Il est LE prince charmant, elle est CELLE dont vous avez toujours rêvé (il y a aussi des femmes même si on parle plus des hommes). Dans les récits de votre rencontre il y a toujours un peu de magie, une manière d’être exceptionnelle répondant à votre désir le plus secret.
Vous êtes une personne joyeuse, gentille, tolérante, pleine de vie et prête à tout par amour, avec un manque de confiance en vous et une mauvaise estime de vous même. Parfois vous êtes dans une période de vie qui vous fragilise et lui permet de se faire très facilement passer pour le sauveur.
Très vite il joue à l’amoureux, « jamais il n’a connu ça », « vous êtes la personne idéale », il mime vos actes et vos pensées afin de vous faire croire à un accord parfait, immédiat et évident. Il est prêt à tout pour vous.

Peu à peu, de manière insidieuse il commence à restreindre votre entourage mais vous ne vous en rendez pas vraiment compte. « Il veut passer tout son temps avec vous », « il aime tellement être avec vous ». Il pointe tout ce qui pourrait vous faire changer d’opinion sur vos amis et ne plus les voir. Il vous amène à vous éloigner de votre famille, toujours dans l’idée d’une évolution positive de votre vie.

Un jour et de façon imprévisible, il dévoile son vrai visage. Il y a un avant et un après, et les deux personnages sont si différents que vous en arrivez à douter que le premier ait vraiment existé et pourtant c’est à cette image que vous allez vous accrocher.
Tout bascule en général quand il sent un engagement profond de votre part (premier rapport sexuel, installation, mariage, grossesse…). Vous vous abandonnez, il a gagné. Plus besoin de faire semblant, il montre son vrai visage : le pervers humilie, dévalorise, culpabilise, attaque, reproche et méprise son partenaire.
La première scène a souvent la jalousie comme alibi, mais il retourne la situation et très vite vous vous sentez responsable : de la scène et de sa souffrance. Et vous culpabilisez. « Votre attitude était peut être un peu déplacée », « votre jupe un peu trop courte »… Les scènes reviennent de plus en plus souvent et vous culpabilisez de plus en plus… et petit à petit vous changez. Un peu pour éviter les crises, aussi parce qu’il y a sans doute du vrai dans ce qu’il vous reproche et surtout vous l’aimez.
Impossible d’en parler. A lui, il retournerait toujours les choses et vous vous sentirez encore plus mal après. A vos amis communs, il est tellement charmant à l’extérieur qu’on vous dira gentillement que vous en faite un peu trop. Et comme vous ne voyez plus vos amis….
En rejetant systématiquement la faute sur l’autre, le manipulateur pervers installe le doute et la confusion dans l’esprit de sa victime qui finit par se dévaloriser et se déprécier. Vous doutez de tout, de vos actes mais aussi de vos ressentis.
C’est la spirale infernale : plus vous allez mal et plus ses scènes semblent légitimes et vous culpabilisez. Alors vous allez encore plus mal. Vous vous raccrochez à lui, le seul à vous aimer (il le répète assez comme ça). Alors il renforce son emprise et votre dépendance. Cela lui donne un sentiment de toute puissance, jouissif. Il n’arrêtera jamais.
Dans ce type de relation la victime est dévastée, comme vidée de tout consistance, à bout et elle a honte d’elle même. Les symptômes sont toujours à peu près les mêmes : dépression, stress et anxiété, crises d’angoisse, confusion, agressivité retournée sur soi (alcoolisme, automutilations, tentatives de suicide…).

Le pervers narcissique est très bien dans cette relation, c’est à vous, victime, de prendre la décision de fuir et ce ne sera pas facile.
La première tentative ne sera peut être pas la bonne (il va tout faire pour maintenir son emprise) mais on peut sortir de la dépendance en en comprenant les mécanismes et se libérer en améliorant son estime de soi.
Se faire aider par un thérapeute est dans cette situation indispensable.

Pour en parler n’hésitez pas à me contacter

Publicités